Echos du Conseil communal de Pully du 27 avril 2016

sous le signe de l’eau, ce conseil aura été très animé en raison du nouveau règlement de la taxation de l’eau.

Le Conseil a débuté par la nomination de M.Roland Dubois (vert’lib) à la commission d’urbanisme, et l’on aborda le préavis 05 /2016, portant sur un crédit de réalisation du règlement communal sur la distribution de l’eau. En fait ce n’est pas le crédit qui a été discuté âprement, mais son implication pour le citoyen , soit la modification de la taxation, qui a soulevé de nombreuses critiques. La taxation prévue pourrait ainsi être augmentée de 170 à 200 %, sans base certaine puisque le prix de l’eau fournie par la ville de Lausanne n’est pas déterminé pour la suite, la ville de Pully se servant au passage d’environ 50% actuellement. Le tarif à la carte prévu montre des disparités entre gros immeubles et villas au détriment de celles-ci, une taxe au nombre de robinets paraissant aberrante alors que l’on s’attendrait à un prix reflétant la consommation effective, les chiffres présentés ne sont pas concordants avec la réalité, et enfin de compte l’Union Pulliérane Vaud Libre dénonce un impôt déguisé. Les explications de la municipalité n’ayant pas convaincu notre formation, nous avons proposé de refuser le préavis tel que présenté. Le PS , par la voix de M. J-B. Paschoud a proposé un amendement, consistant à demander que le conseil soit consulté une fois par législature sur les taux maximaux des taxes sur l’eau. Malgré la notion annoncée par la municipalité que les taux devraient être réévalués chaque année, l’amendement a été accepté par 43 voix contre 28. Le préavis, lui-même a été accepté à forte majorité avec 10 non et 3 abstentions. La discussion aura duré 70 minutes , y compris une suspension de séance demandée par l’Union Pulliérane Vaud Libre, durant laquelle la discussion interne nous aura conforté à recommander de refuser le préavis tel que présenté.

Passé cette partie animée, l’on aborda le préavis 06/2016, demande de crédit  de quasi 10 millions de francs pour un objet multiple, soient , la route entre Val-vert et Chailly( 4,5 millons), les conduites en séparait sur ce même trajet et l’aménagement du carrefour de Val-vert pour bus et pose de toilettes au terminus. Les discussions sur ces objets réunis avaient fortement mobilisé les esprits dans les groupes, projet pharaonique, aménagements routiers de peu d’utilité, puisque le trafic, PALM oblige, est déjà régi par le goulet d’étranglement de Chailly sur la commune de Lausanne et que tout aménagement sur Pully ne modifiera en tous cas pas la vitesse de transit vers Lausanne. En contraste, le conseil résigné a accepté sans discussion ce préavis, à forte majorité moins 4 oppositions et 4 abstentions.Une nouvelle démonstration que le PALM menace l’autonomie des communes.

Le conseil a encore entendu M. F. Ducret, mentionnant le retrait de sa motion demandant la suppression des autorisations de stationner sans limite de durée  sur le parking de Samson Reymondin afin des préserver des places pour les clients des commerces, en raison d’un vice de forme. Il sera étudié comment ramener cette intéressante proposition devant le Conseil. Le postulat des verts et du PS pour l’introduction de ruches urbaines a suscité un vif intérêt et a été transmis à la municipalité .

La réponse à M. F. Marchetto( les verts), sur la communication des données au bureau vaudois d’adresse, ne respectant pas la sphère privée, n’a pas tout-à-fait convaincu , la réponse étant ambiguë . Il conviendra d’être attentif afin de sauvegarder un cadre légal dans ce domaine.

Le conseil a pris acte de la réponse , surtout statistique, au postulat de M. F. Khosrov, pour une amélioration de l’occupation de la maison pulliérane.Les chiffres montrent que les salles de l’étage sont mieux occupées, alors que la grande salle reste inoccupée en semaine et qu’il n’y a pas d’augmentation durant les dernières années.

Après 2 heures de débat, la séance a pu être levée.



1 Commentaire
  1. http://www.unionpullierane.ch/echos-du-conseil-communal-de-pully-du-27-avril-2016-29-04-2016/
    Je suis arrivé en 2004 sur Pully, et notre commune ne nous a jamais avertie que les informations personnelles nous concernant, que nous ne pouvions pas ne pas lui remettre, seraient transmises au BVA. Nous n’avons pas été avisé de la possibilité de demander une « discrétion » sur nos données.
    Pour information, notre téléphone et notre adresse privées sont sous liste « noire », depuis notre installation en 2000. Nous ne manquons pas de demander le mode « furtif » quand nous en avons la possibilité. Or, nous avons eu la surprise de recevoir des publicités, et le magasin concerné de nous confirmer passer par le BVA. Il a aussi confirmé ne pas disposer de notre adresse, conservée par le BVA, ce qui est un point positif. Nous n’avons toutefois reçu aucun courrier nous annonçant la possibilité de nous mettre en mode « confidentiel », que ce soit du BVA ou de la Commune.
    La direction des écoles primaire et secondaire de Pully ont transmise aux autres parents notre adresse privée, et notre téléphone fixe, sans nous en demander l’autorisation au préalable.
    Lors d’une séance d’information à l’Octogone, des parents ont demandé de bien vouloir partager email et portable au sein d’une classe, pour faciliter les échanges entre parents. (Les enseignants eux-mêmes, demandent parfois aux enfants d’informer les autres, à travers leur groupe de classe fait sous Whatsapp…). Or, cela a été refusé par le directeur Mr Fague, car considéré comme informations confidentielles. J’ai avisé que me concernant, ces deux informations étaient publiques, contrairement aux informations que je considérais confidentielles, qui elles ont été transmises sans notre autorisation.
    En conséquence, les directions des écoles et la municipalité contreviennent de façon flagrante et sans équivoque à la LPD (Loi Protection des Données). Il n’est pas acceptable de rester « hors la loi » sous couvert de se faciliter la gestion, et faire quelques économies (discutables au demeurant). Une lettre et une communication officielle doit être transmise à tous les ressortissants afin de les aviser de l’usage qui sera fait de leurs informations personnelles, et de leur donner l’option d’en refuser la diffusion. D’autant que les habitant n’ont pas la possibilité de se soustraire à cet enregistrement.
    Mais je propose de faire mieux, à savoir, de doter la commune de Pully et ses écoles, d’une véritable solution responsable et efficiente, afin de se faciliter la gestion des échanges avec les parents et ses ressortissants. Il est temps pour Pully de se mettre à la page des communes modernes et numériques. Merci de me contacter, en utilisant mes données publiques : +41 79 309 28 86 et Pascal.KOTTE@ICT-a.ch

Laisser un commentaire